Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 18:41

Petite déception !


La Pâtisserie viennoise, minuscule café-salon de thé en face de l'université Paris Descartes, ne tient pas ses alléchantes promesses.

 

  2011-03-002.jpg

 

Accueil sympathique pourtant, les dames sont souriantes et servent rapidement. Mais nous sommes installées dans une salle riquiqui, au coude à coude avec étudiants et habitués, qui consomment qui d'un chocolat viennois, qui d'un strudel aux pommes. Je n'ai rien contre la proximité mais il faut qu'un cadre un peu folichon la compense !

Au moment de la commande, je demande à la serveuse si elle peut mélanger orange et citron pressés, mais non ! "ça sera le double du prix" me prévient-elle. Hum, à 7 euros donc, je me ravise et me contente de l'orange. Mon verre sera à moitié rempli et le goût pas terrible. Trois gouttes de citron n'auraient pas fait un trou dans leur compte en banque...

 

 2011-03-004.jpg

 

Enfin, il paraît que leurs pâtisseries sont très bonnes, dixit mon amie P. et les pris restent raisonnables.

Formule déjeuner de 7 à 9 euros, fruit pressé à 3 euros 50, café à 2 euros, thé de 3 à 3 euros 80, pâtisseries de 3 à 3 euros 70.

 

Sympa pour une pause entre les cours ou si vous flâner dans le quartier, mais le cadre ne fait pas rêver !

 

Infos pratiques :

Adresse : 8, rue de l'École de Médecine - 75006 PARIS

Tel. : 01 43 26 60 48

Site internet : pas de site officiel

Horaires : ouvert du lundi au vendredi, de 9h à 19h30. 

Métro : Odéon (ligne 10) ou Cluny la Sorbonne (ligne 10)

Station Vélib' : Danton

25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 14:15

Dehors dedans !

 

À l'entrée du Pantalon, des femmes nues nous accueillent en façade, et au fond de la salle, un drôle de décor nous surprend : une rue parisienne a été reconstituée par des étudiants des Beaux Arts avec son sol pavé, ses vieilles portes et leurs numéros, ses fausses fenêtres, ses panneaux et apparemment une petit chapelle Sixtine que les vapeurs de l'alcool m'ont certainement fait manquer... Là aussi, tendance aux objets de brocante : roue, bicyclette, aspirateur, feu rouge et porte-bagages de train forment un joyeux bazar sans que cela sonne "too much".

Avec S., nous sommes installés sous une sorte de mezzanine, autour d'une longue table basse qui encourage la discussion. Beaucoup d'étudiants et quelques piliers de bar se pressent au comptoir. L'accueil est plutôt sympathique et l'ambiance chaleureuse, un peu folle !

Happy hour de 17h30 à 19h30. Sinon, les pintes de bières coûtent entre 4 euros 60 et 6 euros. 


En bref, une architecture insolite où le temps et l'espace sont abolis ! Une adresse que je réutiliserai sans hésitation !

Photos à venir...


Infos pratiques :

Adresse : 7, rue Royer-Collard - 75005 PARIS

Tel. : 01 40 51 85 85

Site : pas de site officiel. 

Horaires : ouvert du lundi au jeudi, de 10h à 2h, et du vendredi au dimanche, de 17h30 à 2h. 

Métro : station Cluny-La Sorbonne ou Maubert Mutualité (ligne 10)

RER : station Luxembourg (ligne B)

Station Vélib' : Gay Lussac Le Goff

Published by Le Chat - dans Bars à siroter
commenter cet article
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 14:48

Circulez, circulez !

 

Impossible d'éviter Le Loir dans la théière lorsqu'on cherche un bon salon de thé à Paris. Mais un samedi après-midi, à 16h30 : fuyez !

 

2011 03 015

 

Lorsque j'arrive, la fleur au fusil (naïve que je suis), une jolie queue d'une dizaine de personnes attend déjà aux portes. Mais je dois concéder que le service est bien organisé : nous sommes installées après seulement 5 minutes d'attente.

 

2011 03 018


A l'intérieur, tableaux et affiches d'expos, vieux fauteuils club, chaises dépareillées... le mobilier fait un peu brocante (ce qui n'est pas le cas de notre serveur, tatoué jusqu'au cou !). L'ambiance, bien que trop bruyante, est bon enfant. Il y a de tout : jeunes, vieux, couples et familles ; on sent que les gens sont contents d'être attablés ! Et j'avoue qu'il y a de quoi : le thé (4 euros 50) et les pâtisseries (6 euros 50) sont succulents.

 

2011-03-027-2.jpg     2011 03 023 2    

 

Pour ma part, j'ai pris le Mélange du loir et la tarte marron et miel pendant que ma mère lorgnait un gâteau à la crème fouettée... miam !

Seul point noir au tableau : notre serveur a certainement une crampe à la mâchoire qui lui empêche le moindre signe de bienveillance et le responsable nous éjecte, aimablement certes, au bout de 3/4 d'heure car " vous comprenez, il y a des clients dehors".

 

En bref, une adresse à utiliser sans modération... en semaine !

 

 

Infos pratiques :

Adresse : 3, rue des Rosiers - 75004 PARIS

Tel. : 01 42 72 90 61

Site : pas de site officiel.

Horaires : ouvert tous les jours, en semaine de 11h30 à 19h et le week-end de 10h à 19h.

Métro : station Saint Paul (ligne 1).

Bus : ligne 67 ou 69.

16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 22:39

Villas de charme et passages décalés dans l'Est parisien !


J'ai testé la dernière randonnée conseillée dans le guide Parigramme (Paris Randonnées. Les traversées buissonnières de la capitale, de Dominique Lesbros, 2010). La première partie étant plus intéressante, je vous conseille de vous arrêter à la station Alexandre Dumas, ce qui assure tout de même 3 heures de balade.

 

File0002.jpgFile0003.jpg

 

Départ de bon matin, appareil photo en main, je me retrouve à Porte de Pantin avec mon père. Quartier de bouchers et de charcutiers. Première déception : la façade jaune "hachoirs, poussoirs, trancheurs" de la boutique Bellynck n'existe plus.


Tournez à droite dans la rue Eugène-Jumin.

Cette rue très commerçante, animée en semaine, est assez sympathique à traverser. Elle tient son nom d'un ancien boucher. Le guide indique que les halls d'entrée des immeubles, carrelés de blanc, son décorés d'iris violets et de nénuphars jaunes.


Prenez ensuite la rue Darius-Milhaud.

Hum, là je ne peux rien vous dire. Mon père tient le plan à l'envers et nous nous trompons de rue ! La ballade commence bien... Apparemment, il s'agissait d'une ancienne voie ferrée qui se termine sur une fresque murale. 

 

2011-03-003.jpg

 

Tournez à gauche rue Goubet et traversez la rue Manin pour prendre la rue de l'Alsace-Lorraine. Empruntez ensuite la rue Gaston-Pinot et la rue François Pinton. 

Changement radical de style ! Les deux dernières rues sont bordées d'immeubles de briques rouges qui me font penser aux quartiers ouvriers de Dublin. 

Nous montons une volée de marches qui disparaissent dans la verdure. Et voilà la plus belle partie de la randonnée : un labyrinthe de passages pavés qui rivalisent de charme (Villa de Boers, Villa de Cronstadt, Villa Monet...).

 

2011-03-008-copie-1.jpg     2011-03-013-copie-1.jpg

 

Une Alice et son lapin blanc nous accueillent sur la façade de la première maison.

 

2011-03-016.jpg     2011-03-017.jpg

 

Je n'aurais jamais cru trouver un pareil endroit dans Paris. Dans les jardinets, des arbres blancs et roses sèment leurs fleurs ou dressent une arcade d'une maison à l'autre. Voici ma préférée :

 

2011-03-025.jpg 2011-03-031.jpg


 Question félin, je pensais que le guide nous mystifiait mais j'ai été mauvaise langue. Les chats s'étalent paresseusement devant les portails colorés ou guettent le passant, juchés en haut des murets.

 

2011-03-048.jpg 2011-03-066.jpg

 

Pour la petite histoire : "Ce quartier de la Mouzaïa doit sa beauté aux anciennes carrières de pierre à bâtir qui furent exploitées ici, dans le ventre de la butte de Beauregard, du XIIIème au XIXème siècle. Les extractions fragilisèrent le sous-sol, réduit à l'état de gruyère. Pas question de construire sur ses flans de lourds immeubles, mais plutôt des maisonnettes à un étage, avec un jardin à l'avant et une cour à l'arrière. Logements ouvriers à l'origine, ce sont maintenant des habitats très prisés, dont les prix atteignent des sommets."

(Paris Randonnées. Les traversées buissonnières de la capitale).

 

2011-03-019.jpg     2011-03-040.jpg


Prenez ensuite la rue de la Liberté, vers la gauche, pour rejoindre la rue Mouzaïa.

La Villa de Bellevue offre une vue saisissante du quartier de la Mouzaïa avec ses maisons en escalier qui semblent s'agripper les unes aux autres. Après quelques centaines de mètres, une bâtisse jaune aux volets verts, toute fleurie, nous invite à emprunter la Villa Sadi-Carnot, sur la droite. Et c'est encore une série de maisonnettes colorées qui nous attend. 

 Une petite vieille tire son cadis. À l'intérieur d'une maison, une pendule carillonne. 

 

2011-03-052.jpg     2011-03-072.jpg

 

Prenez la rue de Bellevue, la rue des Lilas puis la rue Janssen pour aboutir à la rue de l'Inspecteur Allès.

Rien à dire sur cette portion de la promenade, qui débouche sur deux rues pavées siamoises : Émile-Desvaux et Paul-de-Kock. Cette jolie enclave  est bordée d'immeubles des années 1930. À cette heure-ci, les étudiants rentrent chez eux et deux dames promènent leurs chiens dans des porte-bébés !

 

2011-03-080.jpg 2011-03-081.jpg

 

Nous arrivons à un escalier qui donne sur le Passage du Monténégro. À première vue, cette rue n'offre rien de particulier au flâneur mais le guide indique qu'elle renferme un ancien corps de ferme, que l'on peut deviner à la corniche et au mascaron. Un pavillon du début du XIXème possède un étonnant jardin en friche. 

 

Tournez à droite dans la rue Haxo. 

Si on se balade le nez en l'air, à l'angle des rues Haxo et Belleville, on peut remarquer une peinture murale de Claude Cussinet représentant des personnalités et des anonymes de Ménilmontant.

 

2011-03-088.jpg

 

Ensuite, à droite toute dans la rue du Borrégo. 

La Villa du Borrégo, sur la droite de la rue, vaut le coup d'oeil. C'est une impasse qui mène aux réservoirs de Ménilmontant.

 

2011-03-090.jpg

 

Poursuivez par la rue Devéria et empruntez la rue Taclet pour traverser le square de Ménilmontant.

Le carrefour traversé par la rue du Télégraphe est à marquer d'une pierre blanche.

 

Pour la petite histoire : "C'est dans cette rue, une centaine de mètres plus haut, que culmine Paris, à 128,508 mètres. C'est pour cette raison que le savant Claude Chappe a choisi le site pour expérimenter en 1793 sa machine pouvant transmettre 78 signaux à des kilomètres à la ronde. Une plaque rappelle l'événement au numéro 40."

(Paris Randonnées. Les traversées buissonnières de la capitale).


Reprénez votre chemin rue Déveria, puis rue Taclet pour traverser le square de Ménilmontant. 

Le square semble être le terrain de jeux d'une école juive. Ici, tout le monde porte la kipa !

Mais c'est l'heure du déjeuner et notre estomac gargouille ! Par la rue de la Chine, nous accédons ensuite au Passage des Soupirs, où l'on remarque un petit jardin associatif. 

 

2011 03 097     2011 03 096


Ouf, enfin la rue des Pyrénées, dans sa portion la plus commerçante ! Si les boutiques sont réputées de bonne qualité, les petites bourses peuvent aller Aux Ours, un café qui propose un menu déjeuner à 11 euros 50 avec entrée/plat ou plat/dessert + boisson et café. La cuisine est loin d'être extra mais la terrasse ensoleillée nous ravit ! Et c'est reparti...

 

Après la place Gambetta, empruntez l'avenue du Père Lachaise qui vous mènera directement au cimetière. 

J'aime beaucoup les cimetières, leur atmosphère paisible et leurs caveaux extravagants. En plus, celui-ci est à mon goût plus original que le cimetière du Montparnasse.

 

2011 03 103     2011-03-106.jpg


Quelques corbeaux coassent, comme il se doit. 

 

Pour la petite histoire : "Le cimetière porte le nom du confesseur du roi Louis XIV : le père de La Chaise, qui possédait ici jadis une résidence. Il fut officiellement inauguré en 1804 mais connut des débuts difficiles, boudé par les Parisiens qui rechignaient à se faire enterrer extra-murros."

(Paris Randonnées. Les traversées buissonnières de la capitale.)

 

Prenez la sortie Porte de la Réunion, et immédiatement à gauche, vous trouverez un jardin naturel, où tout entretien est prohibé. Cet espace vert doit être très sympa en été, lorsque la végétation foisonne, mais à cette période de l'année, aucune trace des grenouilles et têtards censés s'ébattre dans la marre. 

 

2011-03-109.jpg


Rejoignez ensuite la station Alexandre Dumas par la rue de Bagnolet.

Si vous souhaitez pousser plus loin la ballade, reportez-vous au plan !

15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 21:25

Une terrasse idyllique !

 

Cela faisait longtemps que je ne m'étais pas assise seule dans un café.  Placette déserte, au bout d'une rue piétonne pavée, et voici la terrasse de L'ébouillanté, un charmant troquet à la façade bleue, ornée de lampions. On se croirait sur la place d'un village, loin, loinnnn de Paris. J'ai une jolie vue sur l'église Saint-Gervais-Saint-Protais et sur les étudiants qui se hêlent d'une fenêtre à l'autre, dans la maison d'en face.

 

 

2011 03 004 [Résolution de l'écran]

2011-03-008.jpg 

Question fréquentation, sortez votre marinière et vos collants à pois ! Exceptés quelques touristes anglais, il n'y a que des habitués, étudiants et artistes en tout genre. Le premier étage du café est d'ailleurs dédié à une exposition de peinture ou de photographie.

 

Pour la petite histoire : "La véritable histoire de L'ébouillanté a commencé en 1977. Le peintre Gali, qui résidait là, en avait fait son atelier. A force d'y recevoir ses amis, aussi amateurs de ses gâteaux que de ses toiles, l'artiste a décidé de transformé l'atelier en salon de thé. Géraldine Campbell lui a succédé en 1985. Chaque mois de novembre, elle prépare un "prix de peinture de l'ébouillanté" à l'étage de l'ancien atelier."

(Paris terrasses, Parigramme, Paris, 2010)

 

 

2011-03-005.jpg 

2011-03-012.jpg

 

Les pâtisseries maison sont à 7 euros, les thés à 4 euros 90, et les cocktails frais à 6 euros avec chantilly. Mention spéciale pour le Very Very Well (orange, lait, jaune d'oeuf, crème fraiche, pour les estomacs bien accrochés) et le Sweet Banana (banane, yaourt, caramel : un peu moins trach, j'en conviens !). La bouteille de vin est à 20 euros mais seule la quantité bue est comptée ! Attention par contre, vous ne pouvez pas consommer d'alcool sans nourriture.

Le service est simple et agréable.

 

2011-03-010.jpg

2011-03-013.jpg 

Infos pratiques :

Adresse : 6, rue des Barres - 75004 PARIS

Tel. : 01 42 71 09 69

Horaires : ouvert du mardi au dimanche de midi à 22h (19h en hiver). Brunch le dimanche à 21 euros. Fermé le 25 décembre et le 1er janvier.

Métro : Hôtel de ville (lignes 1 et 11 ) ou Pont-Marie (ligne 7).

Bus : lignes 70, 72 et 74.

15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 12:27

Encore une adresse mythique qui vit sur sa légende ! 

Aujourd'hui, Le Café de Flore est envahi par des serial shoppeurs et des touristes effrénés, mais d'écrivains engagés, neni ! Bien sûr, l'endroit ne désemplit pas depuis 1890, mais pour l'âme de ce quartier littéraire, on repassera ! La déco années 1930 et le style "vieille France" des garçons ne rattrapent pas leur manque d'amabilité (so parisien !). 

Dans le genre café mythique, je préfère Les Deux Magots, dont la terrasse, un beau jour de printemps, est particulièrement agréable (bien que le professionnalisme des serveurs laisse aussi à désirer)...

Café à 4 euros 40, thé à 5 euros 40 et verre de vin entre 7 euros 50 et 12 euros 50. 

La boutique du Café de Flore, toute proche (au 26, rue Saint-Benoît), vous permet d'acheter limonadiers, tasses à thé ou à café, tabliers, crémiers, etc. pour recréer une ambiance qui sera certainement plus authentique chez vous !

 

12-_Cafe_de_Flore-_St_Germain-des-Pres_03-2.jpg

 

Infos pratiques :

172, boulevard Saint-Germain - 75006 PARIS

Tel.: 01 45 48 55 26

Contact : info@cafedeflore.fr

Site : www.cafedeflore.fr

Horaires : ouvert tous les jours de 7h à 2h. 

Métro : Saint-Germain-des-Prés (ligne 4) ou Mabillon (ligne 10)

Bus : 

Station Vélib' : Bonaparte, Beaux Arts

14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 19:19

Dernière découverte en date ! 

Le Martini est un petit bar convivial, à deux pas de la place des Vosges, sans les prix habituels du quartier ! Façade en bois, murs de pierre et musique rétro en font un cocon chaleureux pour sortir entre amis.

Vous pourrez y déguster de succulentes planches de fromage ou de charcuterie pour 6 euros (la planche complète pour une grosse faim est à 10 euros). Quelques desserts gourmands (fondants à 5 euros) mais à tester surtout, un chocolat chaud et un vin chaud maison ! Si vous êtes sympas, les serveurs se mettent en quatre pour vous faire plaisir (quand j'y suis allée, le patron est parti me chercher un crumble au restaurant d'en face ! ). 

Le Martini invite régulièrement des musiciens, peintres, photographes et artistes en tout genre avec lesquels il est facile de discuter. 

Attention, le soir, le bar est vite bondé mais vous pouvez réserver une table !

 

accueil


Infos pratiques :

Adresse : 11, rue du Pas de la Mule - 75004 PARIS

Tel. : 01 42 77 05 04

Site : http://cafemartini.fr/

Contact : cafemartinimarc@gmail.com

Horaires : ouvert tous les jours à partir de midi, le lundi à partir de 18h.

Brunch le dimanche de midi à 16h. Happy hours de 18h à 20h30. 

Métro : Chemin Vert (ligne 8), Bréguet-Sabin (ligne 5) ou Bastille (lignes 1, 5 et 8)

Bus : arrêt Pasteur Wagner ou Place des Vosges (lignes 65, 20 et 29)

Station Vélib' : Beaumarchais


Published by Le Chat - dans Bars à siroter
commenter cet article

Où Suis-Je ?

  • : Le blog du Chat qui pêche
  • Le blog du Chat qui pêche
  • : Des balades pour découvrir Paris autrement, à travers ses ruelles, ses jardins, ses passages et ses cours secrètes! De drôles de salons de thé, restaurants et terrasses attendent aussi les amoureux d'endroits insolites...
  • Contact

Qui Est-Ce ?

  • Le Chat
  • Le Chat aime à siroter un bon thé dans un endroit caché. Il n'a rien contre abîmer ses coussinets sur les chemins pavés mais il préfère encore paresser à une terrasse ensoleillée !
  • Le Chat aime à siroter un bon thé dans un endroit caché. Il n'a rien contre abîmer ses coussinets sur les chemins pavés mais il préfère encore paresser à une terrasse ensoleillée !

Recherche

Quelques Sympathiques Blogs